Crise Financière: Ils nous avaient prévenu!!!!

A l’heure de la psychose (et donc peut-être du rebond!), je me suis penché sur les « gourous » de la Finance; ceux qui avaient anticipé la crise et son ampleur; certains depuis des années mais avec un mauvais timing. Qui sont ces gourous et quel crédit (ahhh le mot affreux!) peut-on leur accorder?

Un gourou a forcément une connotation péjorative… « Un gourou désigne communément en Occident un maître à penser, ou plus généralement une personne qui réunit des adeptes. » Les adeptes sont là: dans le milieu financier, on appelle ça plutôt les moutons de panurge. Ces « maître à penser » prêchent la bonne parole depuis des années; et pourtant personne n’a rien vu venir.

Qui sont ces « Gourous » de la Finance?

Il faut savoir qu’il beaucoup de gourous, particulièrement aux USA. On pourra citer pelle-mêle: Robert Prechter, Warren Buffet, Georges Soros ou encore du très médiatique et excité Jim Cramer. Il y a quelques jours, je découvrais aussi Nouriel Roubini qui a annoncé sa prophétie dès 2006.

Nouriel Roubini va même plus loin aujourd’hui en annonçant une fermeture prochaine des Bourses jusqu’à deux semaines, face aux ventes paniques des hedge funds.

Le problème est qu’il est très difficile de faire la part des choses dans ces concerts de prophéties et analyses. Le site « Advisory Group » tente même de faire un classement des performances des « gourous ». Certains sont chaudement habillés pour l’hiver!

Arrêtons nous aussi un instant sur le cas du gourou Robert Prechter, connu du « milieu » depuis des années, voire des décennies. En Novembre 2007, sur ce blog, je postais un article relatant les déboires de ce gourou qui pourtant, quelques années auparavant, était encensé par tout le monde. Il faut dire aussi qu’il avait eu le très mauvais goût d’être baissier pendant les années 2003-2007. Sa vision à long terme ne faisait plus recette, forcément. Pourtant, il y a 9 mois, il annonçait lui aussi le krach actuel…

Dans un autre registre, Ian Gordon (adepte des cycles de Kondratieff) annonçait fin 2007 la chute à venir des marchés, avec un scénario apocalyptique. Mieux encore, en Juillet 2002 (!!!), il annonçait l’hiver glacial selon les cycles de Kondratieff. Vous pouvez lire l’intégrale de l’interview de 2002 ici.

Tout cela était donc semble-t-il prévisible et… attendu; un certain nombres de « gourous » financiers semblent avoir raison. Cela va bien tendu à l’encontre du fait que les marchés soient considérés comme « irrationnel ». Ce terme revient souvent pour parler de la chute actuelle et brutale des marchés financiers. Et pourtant…

Quel Crédit accorder à ces « Gourous » de la Finance?

A l’exemple de Robert Prechter, on encense aussi vite que l’on brule. Il est fort à parier que Robert Prechter remontera très prochainement dans le classement du site « Advisory Group ». Il y a énormément de publications et il est très difficile de faire la part des choses, à moins de tout lire. Je pense qu’il est intéressant de garder les yeux grand ouverts et de na pas s’enfermer dans une seule logique. Ramené à notre petite échelle, ce n’est pas parce qu’on a acheté une action qu’il faut s’enfermer dans la seule perspective qu’elle va monter. Pour les gourous, c’est pareil. Les adeptes ont tendance à suivre aveuglement des analystes, des journaux financiers – qui disent tout et son contraire – sans prendre le temps de garder la tête froide et les yeux grand ouverts.

Quelles Prédictions pour demain?

Si on fait un rapide tout d’horizon des avis et conseils, on pourra trouver de tout. Nouriel Roubini continue à être particulièrement pessimiste pour la suite. Pour Ian Gordon, l’hiver des cycles de Kondratieff ne fait que commencer. D’autres voit déjà un plancher se former avec un rebond à suivre… A ce jour cependant, personne à ma connaissance n’ose repasser « haussier » sur les marchés financiers.

A titre personnel, tout cela m’intéresse mais je me contente de suivre la tendance, pas de l’anticiper.

Publicités

La Crise Financière vue par Groland

Hitler et la Crise Financière

Une scène détournée du film « Der Untergang« ; excellent!

Les Effets de la Crise Financière « The Job »

CAC40 – Etranges Similitudes Graphiques entre 2001 et 2008

Je me suis amusé à comparer les courbes en monthly du CAC40 entre 2000-2001 (Explosion de la Bulle Internet) et 2007-2008. Le contexte est bien entendu complètement différent mais d’un point de vue purement graphique, les courbes se ressemblent étrangement.

Si ce scénario devait se réaliser, alors le CAC rebondirait sur la zonne 4100-4200, soit le retraccement 38.2% de la baisse entamée depuis les plus de hauts de 2007, Rebond que je qualifierais de « Technique » uniquement.

Faut-il acheter, se placer? Dans une optique de placement Moyen/Long Terme, ma réponse est toujours claire et sans appel: NON. Il ne s’agirait pas d’un retournement de tendance mais d’une correction de la baisse. Si l’on devait poursuivre le scénario jusqu’au bout, alors la baisse reprendrait de plus belle après le retour sur les 4100-4200. Bien entendu, au niveau purement spéculatif ce rebond pourrait être intéressant.

Je suis bien conscient que cet « essai » d’analyse technique peut paraitre un peu ridicule dans ce contexte complètement irrationnel. Je ne fais aucune prédiction quant à un éventuel rebond de fin d’année. Je trouve simplement que cette similitude graphique est assez étonnante.

En conclusion, NON ce n’est toujours pas le moment d’acheter (optique placement MT/LT); rien n’a changé depuis mon article du 23/10 😉 Pour les tradeurs CT (2-3 mois?), on pourrait assister à un rebond technique. N’oubliez pas des STOPS DE PROTECTION TRÈS SERRÉS.

Crise Financière: Est-ce le Moment d’Acheter?

crise financiereLa grande question du moment, pour ceux qui ne sont pas [encore] ruinés et qui ont du cash. Ma réponse est claire et sans appel: NON, ce n’est pas encore le moment d’acheter et de rentrer sur les marchés.

Pour quelles raisons?

En préambule, je rappelle que je ne me place pas dans une optique de trading en intraday ou à court terme. La très grande volatilité actuelle (voir indicateur VIX) offre de belles opportunités d’aller/retour pour les plus téméraires. Mais je ne m’intéresse pas à cette partie. Mon analyse porte sur un investissement à moyen/long terme.

La tentation de se « refaire »…

Je comprends que l’on puisse être « tenté ». « Ça a tellement baissé », « ça ne va pas aller plus bas » etc… Et pourtant, il faut lutter contre cette pulsion. On a déjà eu ce genre de phénomène. Entre 2000 et 2003 notamment. Pour exemple, Alcatel qui cotait EUR 95 au plus haut. Une fois la baisse enclenchée, il y a avait toujours des gros « malins » qui pensaient faire une bonne affaire en achetant à EUR 30 (« ça n’ira pas plus bas »). Puis à EUR 20, puis à EUR 10, EUR 5 etc… 

… Au détriment de toute logique

Je ne comprends pas la logique de ceux qui veulent à tout prix se replacer maintenant en essayant d’anticiper un bottom… Vouloir anticiper un bottom est une grosse erreur. Ce qui est dans un premier temps un coup de dé (« allez je rentre! ») se transforme à coup sûr en « bon, je vais moyenner à la baisse », voire « pas grave, c’est un placement à long terme »… lol.

Identifier un bottom se fait toujours à postériori; jamais avant. Un bottom est toujours re-testé et confirmé. Attendre la confirmation pour se positionner = ne pas confondre vitesse et précipitation. Ensuite, un bottom se fera avec des volumes. Or, pour le moment, les seuls volumes conséquents sont à la baisse.

Ma stratégie est simple… Attendre et accumuler du cash. Cette forte baisse des marchés offrira des opportunités au moins aussi fortes. Mais pour ça il faut savoir être patient, attendre et surtout ne pas utiliser et gaspiller son cash.

Quand? Je ne sais pas, je ne prédis pas l’avenir, je ne suis pas devin, je ne lis pas dans les cartes ni dans le marc de café. Je me contente de suivre la tendance. En cas de retournement, on aura largement le temps de rentrer.

Et seuls ceux qui auront encore du cash pourront bénéficier pleinement d’un retournement. Pas ceux qui auront asséché leur cash en moyennant à la baisse plusieurs mois auparavant et qui se retrouveront avec des prix de revient ridicules.

Il y aura des opportunités. Il faut juste savoir être patient. La pyschologie de l’investisseur est particulièrement importante, surtout en ces temps où les émotions sont exacerbées.

Création d’une Catégorie sur « Les Cycles de Kondratieff »

Aujourd’hui je décide de rajouter une nouvelle catégorie dédiée aux cycles de Kondratieff. Cela fait quelques années que je suis les travaux autour de ces cycles (un article publié sur mon ancien blog en 2005) avec intêret mais aussi en essayant de garder un certain recul. En effet, il est toujours dangereux de s’enfermer dans une seule logique.

Pourquoi une catégorie dédiée?

Il y a des très nombreuses choses à dire. De la présentation de Kondratieff, de Ian Gordon, des cycles, de ceux qui suivent les cycles de très près et qui tentent de claquer les cycles sur la réalité (Ian Gordon de « The Long Wave Analyst » en particulier). Par ailleurs, l’actualité semblant leur donner raison – au moins pour le moment – il me semble utile de suivre et débattre ce scénario catastrophique.

La Logique de Kondratieff

Elle repose sur des cycles à très long terme, avec 4 saisons. Donc sur le fait que le scénario est prévisible. Nous serions entrés dans l’HIVER depuis les hauts de l’année 2000. Depuis le scénario semble se dérouler comme prévu. La crise du crédit et de l’immobilier aux USA est le dernier exemple en date. La suite serait noire…

De nombreux parallèles sont faits avec la crise de 1929. On pourrait aussi penser que ces parallèles sont dangereux car l’environnement n’est pas du tout le même. Le modèle de Kondratieff semble s’appliquer au modèle américain. Kondratieff n’avait pas forcément anticipé la Mondialisation et la dilution des risques. Tous les pays ne sont pas organisés autour du modèle américain (heureusement), même si le dollar reste la devise de référence.

Par ailleurs, je privilégie plutôt le fait que les marchés sont irrationels, ce qui rend les prévisions quasi-impossibles. Il me parait très dangereux de vouloir modéliser les marchés financiers, se servir du passé pour pouvoir prédire l’avenir.

Qu’en est-il réellement?

Je suis baissier depuis début 2008. J’y vois là une période de baisse naturelle après une hausse continue entre 2003 et 2007. Je ne suis pas – pour le moment – dans la logique d’un cycle baissier prévu et prévisible.

Je ne vais certainement pas trancher le débat sur le thème « les marchés financiers sont-ils rationnels ou irrationnels » mais, à base de faits, je vais tenter de me faire une idée plus claire et précise sur la question. En effet je dois avouer que je suis un peu dérouté: d’un coté je crois fermement que les marchés sont irrationnels; d’un autre les faits semblent donner raison aux cycles de Kondratieff: l’hiver est là, rude; très rude.