« Le Krach Programmé » de Olivier De Duclas (2003)

En 2003, alors que la Bourse prenait son élan depuis les plus bas de 2002, j’avais acheté un bouquin au titre choc « Le Krach Programmé » de Olivier De Duclas. J’avais lu cet essai avec grand intérêt. Les prédictions d’Olivier De Duclas se révélaient fausses au fur et à mesure que la Bourse montait vers les sommets que l’on connait.

A l’époque (2003), comme bouquin alarmiste , on ne faisait pas mieux. D’après Olivier De Duclas, le krach n’était pas derrière nous, mais devant avec une chute du CAC40 jusqu’à 1780 points soit un retour au niveau d’il y a trente ans!  Alors que la Bourse venait à peine de sortir d’une chute considérable.

Son argument repose sur une théorie d’enchainement de cycles haussiers suivis de cycles baissiers (Kondratieff et Elliot Waves) causés par une perte de confiance dans un marché où tout repose sur la dette et le déficit. Deux exemples viennent étayer son propos: le Japon avec 13 ans de récession et ce n’est pas fini et surtout l’Argentine, pays anciennement prospère et basculant d’un coup, suite à des erreurs économiques dans un krach et une misère énorme.

De Ducla ne donne en fait qu’un conseil: éviter la Bourse, l’or, l’immobilier etc… Ne garder que le cash pour faire le dos rond en attendant que cela aille mieux. Et surtout, bien choisir sa Banque. Il annonce en effet des faillites en cascade dans les milieux financiers; mais aussi l’explosion de la bulle immobilière.

Les causes du krach sont celles que l’on connait maintenant; 25 ans d’erreurs avec notamment « l‘entreprise aux mains des financiers » et « l’ère de la prospérité pour tous et de la déresponsabilisation« 

En voilà un à qui l’on souhaitait de se tromper… De 2003 à 2008, Olivier De Duclas et son mentor, Robert Prechter ont été enterré; leurs bouquins au mieux rangés au fond d’une armoire. Aujourd’hui on dépoussière, on ressort et on re-lit…. attentivement!

Bien sûr, le timing proposé par Olivier De Duclas s’est avéré faux. Le fond est bon, pas la forme. Il pense, sans doute à tort que tout est prévisible (Elliot Waves). Si les évènements sont sans doute prévisibles, le timing est sans aucun doute beaucoup plus difficile à appréhender.

Je pense que Olivier De Duclas a trop voulu modéliser son scénario en s’enfermant dans une seule logique. Il a bien vu les symptômes et les maux mais il a voulu prévoir les évènements avec un timing précis.

Olivier De Duclas ne semble plus actif mais je lui tire tout de même mon chapeau!

Les Baissiers Sortent de leur Tanière

bullebaer31.jpg

Alors que les marchés financiers tremblent depuis quelques semaines, les baissiers (bearishs), plutôt silencieux depuis 2003-2004, commencent à sortir de leur retraite forcée. Ci-dessous un article d’un auteur plutôt inquiet de la situation avec de sombres perspectives. A la fois attentif aux cycles de Kondratieff mais aussi très critique vis à vis des performances de Robert Prechter. En le lisant on peut certes y trouver de nombreux sujets d’inquiétudes. Mais ces inquiétudes sont récurrentes depuis des années. Et vouloir prédire l’avenir alors que les marchés sont irrationnels me parait très dangereux. Je remarque au passage que les analystes type « baissiers » ont très souvent des scénarios catastrophes, type fin du monde. Alors qu’aucun auteur « haussier » ne voit les arbres monter jusqu’au ciel. J’observe tout cela avec intérêt, amusement, mais aussi en prenant soin de ne pas m’enfermer dans une seule logique. Il ne s’agit pas pour moi de faire des prédictions, mais de suivre la tendance.

—————————————————————–

Cycles of History, Boom and Bust

by J. R. Nyquist

Weekly Column Published: 11.09.2007

Many things are cyclical. That is to say, they occur again and again like clockwork, on the striking of an hour or the passage of a certain day. Winter recurs annually. The menstrual cycle corresponds to the phases of the moon. The life cycle of every living creature involves birth, growth, maturity, old age and death. On average, dogs live so many years and human beings live so many more. The cyclical course of nature itself is inescapable. Our clocks are based on the continuous motion of the earth as it rotates. Our calendars and seasons are based on the path of the earth around the sun. No wonder, then, it has been the tendency of political philosophy to describe politics and economics as cyclical, according to given seasons. The ancients saw a cycle of political revolutions emerging from the simple forms of the state. The moderns see a certain correspondence between the rise and fall of Rome and the rise and fall of America or “the West.” There is, as we all know, something called the “business cycle.”

It has been claimed that history itself is cyclical. The German writer Oswald Spengler claimed that each civilization passes through definite stages. Such theories are not viewed today as scientific. Social phenomena are considered too complex for such analogies to be useful. But as there are small cycles, there must be larger cycles. How could there not be? Brilliant men and scholars have believed in regular economic “supercycles.” Joseph Schumpeter suggested the correctness of Kondratiev wave phenomenon (or “grand supercycles”) in which a disastrous economic downturn would follow every 50 to 60 years.

As noted above, such theories are not “scientific,” but rely on the fact that all phenomena appear to follow a cyclical pattern – whether regular or irregular.

Not adhering to the Kondratieff pattern, the United States did not suffer a second Great Depression in the 1980s. But still, there were those who believed the 1990s would see an economic downturn according to the Elliott Wave Principle. It was Robert Prechter, Jr. who believed in a wave pattern similar to that described by Nikolai Kondratiev. Curious as it may seem, Prechter was not an economist but a psychologist. He has repeatedly stated that mass psychology is the key to economics.

While the Elliott Wave Principle is far from scientific, and anyone adhering to Prechter’s market predictions would have had a 15-year annualized return of negative 25.4 percent (according to the Hulbert Financial Digest), Prechter’s dark predictions of impending economic catastrophe possesses metaphorical elegance. As gold approaches $900 an ounce and oil approaches $100 a barrel, we are reminded that grand economic supercycles are very possible indeed.

In 1995 Prechter predicted the coming of a debt-credit contraction. On page 278 of his book, At the Crest of the Tidal Wave, he wrote: “If there is one fundamental event that will result from a major bear market in social mood, it is the collapse in the bloated debt structure, a devastating event that not one citizen in ten thousand knows is coming. All this debt will have to be liquidated, and the process is unlikely to be serene.”

According to Prechter, the bursting of the credit bubble and the liquidation of debt would lead directly to deflation. “In the deflation of the 1930s,” noted Prechter, “stocks, real estate and commodities fell 90% in value, and questionable bonds fell 20% to 50%. Many stocks went to zero, and the companies were never heard from again.” The motor for the downward “spiral” of the economy, says Prechter, will be psychological. It will involve a shift from mass optimism to mass pessimism. “Booms last longer,” wrote Prechter, “because optimism is fed by slowly rising emotions involving hope and greed,which, because they are tempered by caution, can reach maximum intensity only over a long period….” Economic busts, however, can be sudden and fast-paced because “pessimism is fed by fast-flaming emotions such as fear and anger, which can be realized in a flash of destructive action.”

According to Prechter, the final bust experienced by modern capitalism will the greatest of all. Prechter quotes the late A. Hamilton Bolton, who wrote: “In reading a history of major depressions in the U.S. from 1830 on, I was impressed with the following: (a) All were set off by deflation of excess credit. This was the factor in common.” This observation puts things into perspective, as the United States has witnessed the greatest credit inflation in history and must now experience a corresponding credit deflation. As Prechter noted, “Major deflations are … extremely destructive, and the next one should be no exception. That we are in the midst (and apparently near the end) of the greatest debt buildup in world history suggests that the resulting deflation and depression will be correspondingly severe.” According to Prechter, it will be the greatest depression in over two centuries.

Even if Elliott Wave Theory is mistaken and unscientific, the cycle of boom and bust is real enough. It is not pessimistic to say that the United States will eventually experience another Great Depression. It is realistic to make such a statement. But are we currently approaching the decisive psychological turning-point between optimism and pessimism? If it doesn’t come at the end of 2007 it will come, nonetheless, in 2008 or 2009. The world economy cannot expand indefinitely. There will be another Great Depression. And this revelation has military-political significance for Americans. It has national-survival significance.

When the economic situation changes, when peak oil has its say, when the Middle East crisis cannot be solved, when American politics reduces to a sharp ideological division, when the real estate bubble continues to burst, what will happen? What will the Russians and Chinese do? For thousands of years the world was about war and dominance, the power of oligarchies and the exploitation of peasants. Does anyone believe that the world cannot revert back? Does anyone think that the fall of modern capitalism will result in any other outcome?

Well, of course, we are yet surrounded by militant optimists who insist that realism is pessimism. All the same, life and history follow certain cycles. This much is undeniable.

Les Théories Chartistes

Théorie de DOW

Journaliste financier, Charles Dow crée en 1882 la « Dow Jones & Company » qui deviendra au 20e siècle une des plus grosses sociétés d’informations financières. Pour vérifier ses hypothèses de marché, Dow crée un indice de valeurs en 1884 constitué de 11 sociétés de transports. Puis deux ans plus tard, c’est un indice de valeurs industrielles qui verra le jour…

  • Les règles  résumant le comportement des marchés :
    Le prix reflète tout et à tout moment (surtout à long terme en raison des risques de manipulation).

  • Il existe trois type de tendance : primaire (une ou plusieurs années), secondaire (quelques mois), mineure (quelques semaines).

  • Un marché haussier se fait en 3 phases : phase d’accumulation/phase de soutien des cours/phase d’accélération et de sur-réaction excessive (bulle).

  • Un marché baissier n’est pas symétrique au marché haussier : phase de distribution/phase de baisse progressive/phase d’accélération, voire de ventes paniques (krach).

  • Importance de la confirmation des moyennes mobiles.

  • Le volume doit accompagner la tendance.

  • La clôture est la meilleure référence de prix de la journée.

  • Une tendance est considérée comme intacte tant qu’un signal de retournement clair ne soit apparu.

Les Vagues d’ELLIOTT

Théorie qui repose sur le principe que les marchés (notamment de taux et d’indices) évoluent selon des cycles.
Elliott base sa théorie sur le concept de tendance. La hausse et la baisse d’un marché vont  ainsi se décomposer en vagues distinctes, reflétant des états psychologiques de masse particuliers.
La règle de base étant qu’un mouvement majeur se déroule en 5 vagues (3 d’impulsions entrecoupées de 2 de corrections), et que la correction de ce mouvement majeur s’effectue en 3 vagues (2 d’impulsions entrecoupées de 1 de correction).
A noter que la décomposition du marché en vagues permet d’approcher les notions de durée et d’amplitudes. Pour déterminer ces objectifs, les ratios de Fibonacci sont couramment utilisés ( 61,8%, 50%  et 31,8 %).

Ecrite à partir des années 1930, la Théorie d’Elliott est certainement l’une des approches de marché des plus intéressantes. Les concepts développés par Elliott sont les suivants :

  • L’idée fondamentale est que les oscillations des marchés financiers reflètent une somme de réactions psychologiques individuelles (« masse des opérateurs » ou inconscient collectif).

  • Ce ne sont pas les évènements qui déterminent les prix mais les réactions des individus à ces évènements.

  • Des configurations de marchés spécifiques se reproduisent de façon récurrente temps/durée) mais aussi en amplitude (Fibonacci) et à différentes échelles de temps. Sur ce dernier point, il faut souligner le travail d’observation phénoménal d’Elliott qui de nombreuses années avant les travaux de B.Mandelbrot (mathématicien) a ébauché le concept de fractalité des marchés.

  • Les prix n’évoluent pas au hasard mais selon un « programme ». On rejoint ici le concept de chaos déterministe (cf Les 2 règles fondamentales du marché)

Elliott propose ainsi une vision globale des marchés. Malgré l’aspect quasi-philosophique de cette approche, les travaux d’Elliott ont récemment trouvé un écho auprès de la communauté scientifique. Les études de B.Mandelbrot depuis les années 1960 montrent en effet que le chaos règne et que les fractales sont partout dans la nature. Les marchés financiers se comportent comme un modèle multi-fractal où l’incertitude et l’imprévisibilité sont des éléments essentiels. Les vagues d’Elliott sont peut-être la signature d’une structure sous-jacente au marchés financiers.